Behind the scenes, André Malraux media library dance photo shoot

Cliquez ici pour le récit en Français !

Hello world, cet article est en quelque sorte la suite du précédent. Si vous ne l’avez pas lu, honte à vous et je vous recommande vivement de vous jeter dessus. Blague à part, il contient ma première vidéo “making of” dans laquelle vous pouvez me suivre sur un double shooting photo improvisé avec un danseur de House et un danseur de breakdance. Pour ce 3ème shoot en images je serai accompagné de Fanny George, danseuse et ex gymnaste Strasbourgeoise, et de Sandra Ehrensperger de l’Opéra national du Rhin. Je souhaiterai avant toute chose remercier le stafff de la bibliothèque André Malraux pour leur accueil et tout particulièrement Madelaine Régine pour cette opportunité unique d’être créatif dans une des médiathèques la plus originale de France. J’avais à la base pensé ce shooting en 2 parties réparties sur 2 matinées. Mais finalement nous étions contraints de le réaliser en une seule.

A la poubelle mes idées d’origines et, avec les quelques clichés que j’avais de mon repérage, il m’a fallu revoir les choses. Je voulais réduire l’attente des danseuses au maximum, pour ne pas perdre le “flow” et l’énergie du shooting, du coup il a fallu faire simple, efficace, tout en étant créatif. L’idée était de garder quelques éléments de la médiathèque pour qu’elle reste un minimum reconnaissable, tout en l’imprégnant de mon univers. Je voulais une atmosphère sombre et dramatique et pour cela j’avais à nouveau à ma disposition le Broncolor Move 1200 L et un Para 88. Comme je le disais dans un article précédent, j’ai pour habitude de travailler avec un speedlite canon et un réflecteur. Ici, j’avais la puissance et la qualité d’un produit qui a déjà fait ses preuves, j’étais plutôt rassuré. 

Habituellement je travaille en Hypersynch. Ce qui me permet d’aller au delà de la limite de synchronisation de mon boîtier et de mon flash fixé à 1/250 ou 1/200 et de ne pas avoir ces affreuses bandes noires sur mes images. L’Hypersynch n’est pas possible avec le Broncolor et sa télécommande sans fil. Du coup bloqué à une vitesse d’obturation de 1/200 sec je dois jouer avec l’ouverture de mon objectif pour réduire la lumière ambiante et obtenir le look désiré. Cette contrainte n’en fut pas vraiment une car je souhaitais avoir davantage de ma scène en “focus”, chose que je ne peux malheureusement pas faire avec mon flash speedlite car il n’est pas assez puissant. Mon ISO au minimum, j’étais prêt pour mes premiers déclenchements. 

Comme d’habitude, les choses n’étaient pas simples… Que voulez vous, nous sommes dans une médiathèque, ce bâtiment n’est à la base pas fait pour accueillir un shooting photo. Parfois le manque de latitude et d’espace se faisait sentir même si le lieu dans son ensemble est immense. Par conséquent afin d’être un peu plus rapide et d’alléger mon workflow, j’ai décidé de travailler avec une seule lumière. 

Lorsque nous avons commencé à travailler avec Fanny et son ruban, je fus contraint de lui faire répéter le mouvement à plusieurs reprises. Le ruban était assez capricieux et je le voulais à un endroit bien précis. De plus la pose se devait d’être simple car nous ne savions pas quelle était le poids maximum autorisé sur ces étagères ! Je ne mets jamais mes modèles en danger, même si je pousse souvent mes artistes à aller le plus loin possible. Avec Sandra le saut est l’unique mouvement qui nous a demandé de nous y prendre à plusieurs reprises. 

Les dernières ont failli ne pas se faire ! Après la scène de Sandra, allongée sur la bibliothèque, et celle de Fanny sur les tables d’études, notre temps était déjà quasiment écoulé. Nous avons eu l’aimable autorisation de rallonger un peu et d’enchainer avec la scène du reflet au sol. Ce qui était amusant c’est qu’à ce moment là la médiathèque s’est vite remplie. Nous étions forcés alors de communiquer par gestes pour ne pas déranger les personnes travaillant non loin de nous. Avec l’expérience, je réagis mieux au stress, et je m’adapte plus vite aux situations problématiques. Il faut avant tout garder son calme et maintenir une ambiance agréable et décontractée. N’oubliez pas que vous êtes responsable de l’atmosphère générale, votre modèle peut vite être contaminé par votre stress et votre anxiété et cela se ressentira sur vos photos.

Pour cette deuxième expérience avec le Kit Broncolor, je ne peux dire que de bonnes choses de ces outils. Fiable, facile à mettre en place, avec un temps de recyclage entre chaque flash réduit au minimum et une qualité de lumière incomparable à chaque cliché. Evidemment une comparaison directe avec mon petit flash cobra n’est pas pertinente. Dans des situations où je dois me déplacer très rapidement avec le minimum de materiel, je préférerai mon speedlite qui, seul ou en duo, tiendra aisément dans mon sac photo. Mais je dois avouer que pour des projets d’envergures je n’hésiterai pas à faire confiance à Broncolor. Oui ce n’est pas donné, oui c’est un peu plus lourd et encombrant, mais que voulez vous, c’est fait main, c’est robuste et je n’ai pas eu à ruser pour compenser les faiblesses de ma lumière sur place et pas de vilaines surprises en post traitement. C’est un tel plaisir de se concentrer uniquement sur sa photographie, et de ne pas avoir de freins liés à notre matériel. Alors oui si j’en ai la possibilité, je louerai les yeux fermés un kit Broncolor, et oui avec un peu de chance j’aurai la possibilité de m’offrir, d’ici peu, mon propre kit !

Hello world, this is kind of a part 2 of my previous post. If you haven’t read part 1and missed my very first behind the scene video, make sure you do so. For this third shoot I organized a double featured session in “La mediathèque Andre Malraux” in Strasbourg with Fanny George, a dancer and ex gymnast, and Sandra Ehrensperger, an dancer at Opera National du Rhin . I would like to thank the whole staff of the library, in particular Madelaine Régine, for her warm welcome and for giving us this unique opportunity to work there. I originally planned to work with the 2 artists separately on 2 different mornings. But guess what ? We had to do it all in one !

So unfortunately, I had to throw away parts of the ideas I originally had in mind, and make things simple. I didn’t want the artists to wait around too much and the place is huge with so many interesting things to do. So I had to make choices, in order to be efficient and make good pictures with the little time frame we had. I worked again with the Para 88 and the broncolor moveThe idea was to keep elements from the place so that it is somehow recognizable, and to give that dramatic dark look I often use on my work. As stated in a previous article, I’m used to work with a canon speedlite and a reflective umbrella. In Hypersynch mode you have several options to kill the ambient light. You can play with your f-stop  or your shutter speed to create the ambiance you like. Here, to achieve my look with the Broncolor rfs remote, I could only work with my f-stop as the flash would only let me synch at 1/200 of a sec to avoid that nasty black curtain. This restriction forced me (in a way) to give away more of the scene as much more elements were in focus. The overall dark background obtained, helped me giving a separation between the model highlighted by the flash, and the rest of the environment. Unlike with my speedlite, I was able to keep my ISO as low as possible with the amount of power supplied by the unit.

making of 2

Again things weren’t simple (but when is it ?), sometimes I didn’t have the necessary space and height to place my light as desired. To save time, I decided to work with only one light. Sacrifices are necessary in these situations, but you know sometimes “less is more”. When we worked with Fanny and the ribbon, I had her repeat a few times the movement as I wanted the ribbon in a particular place. It took a couple shots to nail it. We had to be careful because we didn’t know if the shelves she was on could handle her weight. Know that I never put my artists in Danger even though I tend to push them to there limits. With Sandra it was a little easier, we only repeated the jump a couple of times to have a satisfying position.

fanny 1

The last pictures we made were the ones with the reflective floor. We almost didn’t make these ones, and I’m glad we did. We started our photoshoot outside business hours. People we’re coming in when we moved to the last floor. We weren’t allowed to talk during these pictures because people we’re studying and working while we were shooting. So I had to communicate with my hands, arms and body, which was kind of funny. One thing I’ve learned with time, is to not loose my cool on a photoshoot… and this whatever happens during the session. With experience, you will be able to change your plans and come up with ideas you never thought of. If you stay positive and if you manage your stress your artist will be in the same vibe and will be much more open to propose and improvise with you. Youre responsible of the mood on set and thus responsible of the mood of your final pictures. To avoid being too stressed, you still have to prepare your photo shoot before hand, even if, deep inside, you know a lot of things will change once there.

For this 2nd experience in “special conditions” with the Broncolor kit, I cannot say anything bad about it. In fact, It’s quite the opposite. It confirmed my first impressions. Easy to set up and use, powerful, versatile and efficient, it never let me down. Of course it is a huge difference compared to my speedlite and umbrella, but the reason why I would use this system is not the same that will sometimes push me and continue to use my speedlite. My speedlite will fit in any of my camera bags, so it is really practical when you need to move really fast or when you shoot in really uncomfortable places that require the minimum equipment on your back. For the rest, I don’t see any reasons why you would not trust BroncolorYeah it ain’t cheap, but it’s handmade, robust and come on, the results are fantastic. No bad surprises when editing my pictures ! I love it when my tools don’t hold me back, it’s cool when you are worry-free because you’re not limited by the performance of your material. So yes on bigger projects, I would definitely trust them again if I have the opportunity to rent a kit, or if one day my projects allow me to buy one.

Behind the scenes, André Malraux media library dance photo shoothazekware
1370

One comment on "Behind the scenes, André Malraux media library dance photo shoot"

  1. Nice article, It was inspiring.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *