A story of a last minute shoot.

CLIQUEZ ici pour le texte en Français !

Hello world, 3ème article sur mon blog flambant neuf ! Pour l’occasion je me suis enfin décidé à y ajouter une petite vidéo. Rien de fou, juste les coulisses de 2 de mes shoots. Un erratique courante chez mes autres collègues photographes, mais je n’avais eu, à ce jour, pas assez de temps pour en réaliser une. Je me suis dit que pour finir cette année en beauté il me fallait au moins une vidéo à partager avant 2015. Nous allons aborder brièvement un point important dans ma façon de travailler : l’improvisation. Je ne conseille jamais cette approche d’un shoot photo, mais parfois vous n’avez pas le choix. Je ne parle pas des imprévus et autres éléments qui peuvent nous perturber sur le shoot mais bien de la préparation. Pour les 2 shoots que vous allez voir, je n’avais pas beaucoup le choix. Comme souvent, depuis plus d’un an, mon planning est adapté à celui des artistes avec qui je travaille. Les options sont rarement très nombreuses. Entre tournées, workshops, shows, etc., il est difficile parfois de planifier quoique ce soit. Ce fut le cas ici, 2 artistes, la même journée, et une validation d’un travail commun quelques jours avant le jour J.

De passage sur Strasbourg pour donner un workshop de “House” (une discipline de la danse hip hop), Mamson du Wanted Posse eu l’extrême gentillesse de nous accorder une toute petite fenêtre pour réaliser quelques photos. Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas Mamson et le Wanted Posse, c’est un des crew de danse hip hop français les plus titrés au niveau international. Tous les ingrédients étaient là pour un stress maximal ! Je plaisante évidemment même si les conditions étaient particulières. Grace à des contacts et à mon ami Rémy, j’ai pu avoir accès au “Fort Frère” d’Oberhausbergen pour ce premier shoot. Pour pimenter un peu le tout, Il y a quelques semaines j’ai eu le plaisir de rencontrer Ana de Broncolor directement à leur QG dans la ville d’Allschwil en Suisse. Si vous ne connaissez pas Broncolor, ce sont ni plus ni moins des fabricants de flashs professionnels. L’équipe m’a prêté durant 3 petites semaines du matériel pour mes travaux. J’ai pu essayer d’autres marques par le passé, mais pas pour mon propre travail. C’était pour le coup ma toute première expérience avec ce type de matériel. 

Les ingrédients étaient top, un soupçon d’imprévu, un lieu que je ne connais pas, du matériel que je n’ai jamais utilisé ! J’avais pour l’occasion à ma disposition le “traveler kit system” contenant deux têtes de flash, le générateur move 1200 L et sa télécommande. En bonus, j’ai eu droit à un modificateur de lumière, le fameux Para 88. Tout cet attirail était rangé dans un sac sur roulette et était assez facile à transporter. Néanmoins cela était beaucoup plus encombrant que mon équipement habituel qui consiste simplement  d’un flash cobra et de sa télécommande. Pour ceux qui me suivent, vous savez que je n’utilise qu’un seul flash sur la plupart de mes shoots photo. J’ai consacré d’ailleurs un précédent article à ce sujet. Moi qui ne suis pas fan des manuels d’utilisation je redoutais un peu la mise en place du system. lors du premier déballage et des premiers tests il m’a fallu à peine 5 minutes pour tout mettre en place. Je ne parle même pas de l’utilisation qui est tout aussi simple. Une fois votre télécommande synchronisé vous avez à gérer au maximum 2 boutons pour régler la puissance des flashs branchés au générateur (2 max) et c’est parti !

20141112_192516Broncolor

Comme à mon habitude, j’ai pris la décision de n’utiliser qu’une seule source de lumière. Du coup cela me permettait par la même occasion de faire une comparaison direct avec ma façon habituelle de travailler. Ce fût rapide, à peine le temps de prendre mes marques et de monter le para 88 sur son pied, et nous étions déjà en train de prendre les premières photos. Je ne pensais plus aux aspects techniques de mon matériel, j’étais en confiance et je pouvais me consacrer à 100% sur ma scène, l’artiste, ma photo. Habituellement avec mon flash cobra, je shoot en “Hyper sync”. Avec le système Broncolor, ceci n’est possible qu’avec le système sans fil de chez Pocket Wizard. Pour figer l’action je ne pouvais excéder une vitesse d’obturation au delà de 1/200. Le shooting étant en intérieur, il me suffisait de réduire au minimum la durée de chaque flash pour figer l’action et pour éviter tout “flou de bougé”. 

Une fois la séance terminée avec Mamson, ce fût un peu plus tard, le tour de Guillaume aka torture. Un danseur de break de passage sur la capitale pour juger un battle de danse hip hop, l’après midi même sur Oberhausbergen. Les conditions étaient, à peu de choses près, les mêmes sauf que nous étions limités, non pas par le temps, mais la météo et la fatigue de l’artiste après une après midi entière à juger un évènement. Nous n’avons pas trop le choix pour le lieu, nous étions contraints de trouver un endroit proche et pas trop dégueu. Nous nous sommes donc diriger à 5minutes, à Schiltigheim où une structure en acier simple me permettait d’avoir un fond avec un minimum de caractère. 

Cette deuxième séance était particulière car Guillaume n’est pas le type de danseur à qui on peut simplement demander de poser. Pour garder son énergie et proposer différentes choses, il doit rester en mouvement. Il était compliqué pour moi de lui redemander de reproduire un mouvement, de le retravailler et de le proposer avec la même fraicheur et intention qu’au premier jet. Il est parfois difficile pour un artiste de s’empêcher de trop réfléchir une pose ou un mouvement.

Pour ne pas l’épuiser et travailler plus rapidement il a fallu que je le laisse en mouvement et que je chope ce qui me plaisait dans son improvisation. le tempo était modéré mais par expérience je sais qu’avec mon flash cobra je n’aurai pas pu tenir le rythme. Une baisse de la qualité de la lumière aurait été perceptible également, et ce n’est vraiment pas agréable à rattraper en post. Un énorme point positif pour le système Broncolor qui pour le coup m’a offert un confort incomparable. 

Il est évident que je n’ai pas de point de comparaison véritable car il aurait fallu mettre côte à côte un Profoto B1 avec le Broncolor move. Mais ce n’est pas l’objet de cette expérience. Une des premières questions que je me suis posé a été, si oui ou non, avec le type de travaux que je mène actuellement et ceux que je compte réaliser dans un futur proche, un tel système était pertinent. Mon expérience ne faisait que commencer, J’avais rendez vous avec la médiathèque André Malraux dans les jours suivants et je n’allais pas manquer cette occasion pour tester la bête. N’attendons pas une minute de plus, plus de suspense, voici la vidéo :

Hello people, this is my 3rd post on my blog and I’ve decided to add a little video. A behind the scene video like a lot of my fellow photographers do. I just didn’t have the time to do one in the past, and I thought, to finish off this fantastic year, I’d publish at least one before 2015. This article will be about Improvisation and last minute photo shoots. I usually do not recommend people to improvise but sometimes you don’t have much choice. As I only work with professional dancers today, It is sometime hard to plan everything. I depend on their schedule, I catch them on tour, before workshops, before shows or competition, and you have to find, in last minute, locations and Ideas. This adds stress to the photo shoot and you absolutely have to hide this feeling to the artist you are working with. You are responsible of the mood and energy on set so, even if you are improvising and stumbling upon difficulties, you have to make it feel like it was planned. You certainly don’t want your model to feel insecure and uncomfortable by showing him that you don’t know what you are doing.

So yes again it’s all about dance ! I had the chance to catch dancer Mamson from the Wanted Posse before he gave his workshop here in Strasbourg. For those of you who don’t know the man, he is one of the world’s finest house dancers. His crew is known internationally and has won prestigious hip hop battle competitions. He came to my hometown to give a workshop, and he was kind enough to give a little bit of his time for an improvised last minute shoot. We only had an hour and a half before his workshop. Since Strasbourg is a cold city in November, I had to find in  less than 72h an interesting location indoors for the occasion. Thanks to a friend Remy we were granted the access of “Fort Frère in Oberhausbergen”.

mamson 1

To spice up this session, a few weeks ago, I was lucky enough to meet Ana from Broncolor in there headquarter in Allschwil, in Switzerland. If you guys are not familiar with Broncolor, it is in a few words a brand that proposes professional lighting systems. I’ve tried other brands in the past, but not on my personal work, so it was really the first time for me using state of the art material on a shoot. For those who follow me on Facebook, I’ve talked about this already. I’ve discussed the fact that I’ve worked with one, and only one light for about a year. I also explained the way I worked during this past year in a previous article. My approach here wasn’t really different. I decided, on this one, to use only one flash head for a direct comparison. The system is just bigger (in size) but doesn’t take that much more time to set up (less than 5 minutes). It happened really fast, I barely was thinking about my flash. Once my settings were dialed in, I was able to concentrate on my photography. Broncolor were kind enough to lend me a traveler kit system. It consists in 2 flash heads, a 1200 L move generator and a wireless remote. They even gave me a light modifier, the Para 88.

20141112_192516Broncolor

Usually with my speedlite I use hyper sync to freeze the action and control my ambient light. Here I didn’t have this option as I needed a pocket wizard controller for Hyper Sync. I was shooting indoor, so it was easy for me to freeze motion as there was very little ambient light. I just had to set a shorter flash duration on the broncolor move, and this could be done with only the push of a button.

For the second artist the story was a bit the same. Bboy Guillaume aka torture was invited in Strasbourg to judge a hip hop battle event. We again didn’t have much time either and location was found at the last minute, but you’ve got to accept it ! We headed to Shiltigheim, it was freezing cold and I wanted to use as a backdrop a metal structure there that I used already on a past shoot a year ago. I usually avoid using a location twice, but it was the closest place we had and we had to make it quick.

torture

Shooting with him was particular. Guillaume is not a pose person. He has to move constantly, so it was impossible for me to tell him to stop and rework a move he just did. We tried a few times but we were incapable of reproducing a genuine pose or move with the same intention as the first time it occurred… Sometimes some artists can’t help overthinking a move or pose and it just doesn’t look right. Repeating it over and over again won’t work so we have to work differently.

I just told him to move freely and I tried to capture the moves that I liked. The pace was fast but the broncolor never let me down. This highlighted an element I really liked about the system. The fast recycle time of the flash. With my speedlite at full power there is a slight delay that doesn’t allow you to take consecutive shots. It is also not recommended to do so as the speedlite is not build for such purposes. The fast recycle time, and the constant light quality helped me concentrate on my photography and nothing else.

This was a long day ! Even though I’m used to improvisation, I was a bit worried. Using new material and not having time to prepare is not something I would recommend, but it all went well thanks to the Broncolor system. For a first try I was quite impressed by the system although It wasn’t enough for me to make definite conclusions. Will the next 2 shoots confirm my first good impression ? I’m not trying to make a direct comparison to the material I normally use. But I’m just asking myself this simple question : With the work I’m actually doing, and the ones coming ahead, is it worth for me to invest in such a system ? My experience with the system isn’t over yet as I had a rendezvous in one of the biggest modern library of my city for a special shoot. This was the perfect occasion for me to continue my tests. So here it is, here is how it all turned out ! Feel free to give me feedbacks on the video, or ask me questions on my work. Rendezvous in a few days for a 2nd video ?

A story of a last minute shoot.hazekware
1372

One comment on "A story of a last minute shoot."

  1. Pingback: Haze Kware, carnet de voyage d'un photographe strasbourgeois - VoyageLab

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *